Anonnces

Les plus horribles SNAPS jamais dévoilés, attention il y a du haut niveau cette fois

L’application Snap est très divertissante, nous pouvons regarder les routines de beaucoup de personnes grâce à leurs images éphémères. Mais de temps en temps nous pouvons atterrir sur du contenue vraiment… chelou. Aujourd’hui, nous vous partageons les pires snaps jamais reçus et y’a vraiment du level…
1-

2-

3-

4-

5-

6-

7-

8-

9-

10-

11-

12-

13-

14-

15-

16-

17-

18-

19-

20-

21-

22-

23-

24-

25-

26-

Qu’est ce que Snap chat:

Anonnces

Snapchat (ou Snap dans le langage courant) est une application gratuite de partage de photos et de vidéos de la société Snap Inc., disponible sur plateformes mobiles iOS et Android.
Elle a été conçue et développée par des étudiants de l’université Stanford en Californie. L’âge requis pour télécharger et utiliser cette application est fixé à 13 ans.
Chaque photographie ou vidéo envoyée ne peut être visible par son destinataire que durant une période de temps allant d’une à dix secondes, mais aussi, depuis récemment, sans limite de durée.
L’entreprise est estimée à 24 milliards de dollars en 20173. En 2016, l’entreprise a changé de nom pour Snap Inc.

Historique

Snap chat est à l’origine un projet d’étude de deux étudiants de l’université Stanford, Evan Spiegel, âgé de 22 ans, et Bobby Murphy, âgé de 24 ans. Ils revendiquent s’être inspirés à l’époque de l’affaire Anthony Weiner, élu de New York, ayant dû démissionner après avoir envoyé des photos à caractère sexuel à différentes femmes.
En réalité, Franck Reginald Brown est la personne qui a eu l’idée à l’origine. Dans un communiqué de presse, la société Snap chat déclare que Reggie Brown est le premier à avoir eu l’idée de créer une application permettant d’envoyer des photos éphémères, lorsqu’il était étudiant à l’université de Stanford. Le communiqué souligne également la collaboration de Brown avec Spiegel et Murphy pour développer l’application.
L’application est lancée en septembre 2011 sur l’App Store d’Apple, puis en novembre 2012 sur Android.
En février 2013, la société de capital-risque Benchmark investit 13,5 millions de dollars dans Snap chat.
En novembre 2013, Snap chat rejette une offre de rachat de Facebook, d’un montant de 3 milliards de dollars après avoir refusé plus tôt une proposition d’un milliard de dollars. Snap chat aurait également rejeté une offre de rachat du chinois Tencent, de 4 milliards de dollars, ainsi qu’une autre de Google, du même montant.
Le 1er janvier 2014, Snap chat voit 4,6 millions de comptes piratés par le site « Snap chatDB ». Le piratage de Snap chat vient quelques jours après l’alerte émise par la société de sécurité informatique Gibson Security, concernant les failles de l’application ; depuis, Snap chat a amélioré sa sécurité.
En octobre 2014, Snap chat annonce que l’application diffusera désormais des messages publicitaires (des photos ou des vidéos, sans ciblage géographique, que les utilisateurs choisiront ou non de visionner).
Le 17 novembre 2014, Snap chat s’associe avec le service de paiement Square afin de proposer aux utilisateurs du service de messages éphémères un outil leur permettant de s’envoyer de l’argent entre eux : Snap cash.
Le 17 décembre 2014, plusieurs sites d’information technologique révèlent, à la suite de la diffusion de mails échangés entre Sony et Snap chat, que ce dernier aspirerait à créer son propre label musical, et « se concentrer sur les artistes qu’il souhaite promouvoir sur la plateforme ».
Le 27 janvier 2015, Snap chat annonce le lancement de Discover, un service de diffusion de vidéo pour les médias. Grâce à ce service, Snap chat peut maintenant monétiser son contenu et créer un espace publicitaire pour les annonceurs.
En février 2015, le nombre d’utilisateurs est estimé à 200 millions d’abonnés actifs. En 2015, Snap chat connaît sa plus forte évolution en affichant +55 % de progression, stimulée largement par la publicité proposée par les différents annonceurs.
L’entreprise acquiert, en mars 2016, la start-up canadienne Bitstrips, qui édite l’application Bitmoji, pour 100 millions de dollars. Cette application permet de créer un avatar à son image et de lui donner vie dans des bandes dessinées. En août 2016, Snap chat rachète l’application Vurb qui permet de réserver des sorties et des services près de chez soi pour 110 millions de dollars.
Le 24 septembre 2016, la société a annoncé devenir Snap Inc. et en profite pour annoncer le lancement prochain de Spectacles, une paire de lunettes de soleil connectées et équipées de mini caméras. Après une première phase de vente réservée aux États-Unis, les lunettes sont disponibles à l’achat en Europe depuis le 2 juin 2017.
Le produit s’avérerait être un échec commercial. Le 21 décembre 2016, Disney-ABC Television Group signe un accord avec Snap pour produire des émissions pour l’application Snap chat, la première étant un supplément de The Bachelor.
En juin 2017, Snap rachète pour un montant compris entre 250 et 350 millions de dollars la start-up française Zenly, qui a développé une application de géolocalisation en temps réel29.
En octobre 2017, la société crée une co-entreprise avec NBCUniversal afin de produire des séries originales pour le réseau social, via un studio numérique basé à Santa Monica (Californie). Le 8 novembre 2017, Tencent Holdings annonce avoir racheté 12 % du capital de Snap Inc.
Le 8 mars 2018, la maison mère a annoncé la suppression de 120 postes, c’est la quatrième vague de licenciement. Le 4 juillet 2018, Snap chat annonce avoir signé des contrats avec Disney, Universal et Six Flags pour des applications de réalité augmentée, celle de Disney étant baptisée Play Disney Parks.
Le 25 octobre 2018, Snap chat annonce une baisse de ses utilisateurs pour le deuxième trimestre consécutif. Faisant face à la concurrence d’Instagram en ce qui concerne les adolescents qui constituent sa grande cible, Snap, la maison mère, a enregistré 10% de chute de son indice boursier lors de la clôture du marché à Wall Street le 25 octobre.
Entre mars 2017 et octobre 2018, elle a même chuté de 75%. Brian Wieser, analyste chez Pivotal Research, estime que la base de ses utilisateurs est « suffisamment élevée pour maintenir ses positions sur le marché publicitaire ».
Les chutes ont été freinées et la direction de Snap évoque un « problème technique » qui devrait être vite résolu sur ses applications mais les prévisions de rentabilité ne sont pas des plus optimistes à l’orée de l’année 2019.

Anonnces