16 Discussions stupéfiantes de papas et leurs enfants, c’est plus que hilarant

Les enfants, aussi bien que leurs pères, sont capables de faire des blagues, de maîtriser des situations gênantes et de s’en sortir avec brio, et cela donne généralement lieu à des échanges remplis d’humour, de sarcasme et d’une ingéniosité hors du commun. Les internautes apprécient cela et le prouvent avec un grand nombre de likes.

Ces échanges nous ont fait rire et aussi compatir un peu à la gêne des interlocuteurs de ces enfants malins. Découvre les conversations les plus extraordinaires dans cette sélection !

Ce matin, la voix d’un petit garçon s’est fait entendre dans le bus rempli :
— Papa, je vais à la soirée de danse aujourd’hui.
— Comment, tu ne vas pas jouer avec tes voitures ?
— Non, je vais danser. Il y aura des filles. Et les filles adorent danser.
— Bon, tu es mieux placé pour le savoir.
— Bien sûr que je sais mieux. Je le leur ai demandé.

Quand ma fille avait 4 ans, je suis allé avec elle dans une supérette juste pour acheter une bouteille d’eau. Après avoir attendu à la caisse, alors que je suis en train de payer, ma fille demande :
— Bon, c’est tout ?
— Oui, c’est tout, allons-y.
— Et de la bière, tu n’en achètes pas ?
— Pas de bière. On y va.
Elle réfléchit deux secondes avant de détruire définitivement ma réputation paternelle :
— Et des cigarettes, tu en as ?
J’étais mal à l’aise, surtout à cause de l’approbation exprimée à haute voix par deux types douteux : “Quelle excellente éducation !”

Alors que je faisais mes courses, j’ai surpris le dialogue d’un homme avec sa petite fille dans le rayon des sacs :
— Papa, à quoi il te servira, ce sac ?
— À aller au bureau.
— Pour y mettre ta nourriture, alors ?
En voilà une qui sait bien gérer les priorités.

Ma femme m’a dit un jour : “Serge, ta moustache te rend moins attirant à mes yeux.” Alors j’ai décidé de me raser, pour la première fois depuis 2009. Ma fille a dit très sérieusement ce matin :
— Papa, tu ressembles à Voldemort !

Je dis à mon fils de 5 ans :
— Je t’aime. Et toi, tu m’aimes ?
— Non, j’aime maman.
— Mais tu peux aimer deux personnes.
— Ah, bon ?
— Mais bien sûr !
— Alors, j’aime maman et moi.
Ma femme sanglote. Je lui demande :
— Et toi, qu’est-ce que tu as ?
— Quand il pensait qu’il ne pouvait aimer qu’une seule personne, il m’a choisie moi, et non lui-même.