Anonnces

Affaire Elisa Pilarski: serait victime de son « chien Curtis » la théorie s’affirme.

Elisa Pilarski: De nouveaux éléments viennent étayer la théorie que la mort de la jeune femme en forêt en novembre dernier aurait été causée par son propre chien Curtis, dont sa participation possible à des concours de chiens mordants, ses origines et sa race pas si évidente…

Le mystère demeure sur la mort d’Elisa Pilarski, tuée dans la forêt de Retz dans l’Aisne à la suite de morsures d’un ou plusieurs chiens, le 16 novembre dernier, alors qu’elle se promenait avec son chien Curtis.

Les soupçons se précisent

Anonnces

Mais la justice se penche de plus en plus sur la probable culpabilité de son chien. Depuis le début de l’affaire, le compagnon de la jeune femme enceinte défend bec et ongles l’animal mais d’après des sources judiciaires, le chien serait en cause dans la mort de sa maîtresse.

Analyses ADN confirmées

Elisa Pilarski: De nouveaux éléments viennent étayer la théorie que la mort

Les analyses ADN sur 67 chiens qui pourraient être incriminés avaient été au préalable suspendues au vu du devis du laboratoire. Elles seront finalement effectuées comme l’a précisé une source proche du dossier à l’AFP.

Anonnces

Ces résultats « pourraient confirmer ce qui apparaît désormais le plus plausible, à savoir que Mme Pilarski a été victime de son chien Curtis », comme le précise L’Express.

Concours de chiens mordants

La justice se penche sur la probabilité que Curtis aurait participé à des concours de chiens mordants aux Pays-Bas. Cette discipline canine comporte des épreuves d’obéissance, de sauts d’obstacles mais aussi et surtout de mordant, selon BFM.

Une information qui reste à confirmer par les enquêteurs mais qui a de suite était contredite par les proches d’Elisa Pilarski qui ont précisé qu’il ne s’agissait en rien de ce type de concours.

Anonnces

Il a tout de même expliqué que le chien avait effectivement participé à des concours mais seulement avec des épreuves de sauts et qu’à la fin de chaque exercice, il pouvait mordre dans un sac, une sorte de récompense…

Elisa Pilarski: De nouveaux éléments viennent étayer la théorie que la mort

Morsure à la main des mois avant le drame

Un collègue de Christophe Ellul, le compagnon de la victime, aurait précisé aux enquêteurs que la jeune femme avait été mordue à la main quatre mois avant le drame, en juillet.

Anonnces

Toujours selon ce témoignage, l’homme aurait vu une photo de la main de la jeune femme et cette morsure qui mesurait environ 4 cm aurait été causée par l’un des chiens du couple – qui en possède d’autres en plus de Curtis.

Une information contredite par le compagnon de la jeune femme Christophe Ellu qui évoque, lui, une morsure de chat et qui précise que les faits datent de mai et non de juillet, puisque sa compagne n’était pas avec lui en juillet mais en séjour chez sa famille à Pau.

Il a d’ailleurs donné des précisions sur cette blessure sur son compte Facebook invoquant la lassitude de toujours devoir se justifier : « Merci les médias, il faudrait très certainement vérifier la véracité de vos sources. Car oui, en effet, un de mes collègues colporte des mensonges sur un PV de police, ça c’est très grave, mais encore faudrait-il laisser le temps à la police de faire son travail, afin de vérifier l’authenticité de ces aberrations. Voilà je vous joins un justificatif, car et oui il faut passer sa vie à se justifier, c’est fatigant. »

Anonnces

Anonnces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *